Colloque international « L’interculturel » dans les formations de l’enseignement supérieur : Conceptions, pratiques, enjeux et perspectives

« L’interculturel » dans les formations de l’enseignement supérieur : Conceptions, pratiques, enjeux et perspectives


Colloque international, Université du Mans, 22 et 23 novembre 2018
Organisé par le Laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, éducations, sociétés,
Avec la collaboration du Laboratoire IMAGER (EA 3958), Université Paris Est Créteil.

Appel, programme, soumission des propositions :

https://interculturel.sciencesconf.org/

L’intégration de l’interculturel dans la formation est aujourd’hui à envisager « à tous les niveaux des systèmes d’éducation formelle, informelle et non formelle » (UNESCO, 2013 : 28). L’enseignement supérieur, dernière étape avant l’entrée dans le monde professionnel, ne fait pas exception dans le système éducatif. De fait, le Livre blanc sur le dialogue interculturel, édité en 2008 par le Conseil de l’Europe, invite l’université à former des « intellectuels interculturels » pouvant jouer un rôle actif dans la vie publique.

Traditionnellement présente sous la forme de « cours de civilisation » dans les filières de langues, la question des « cultures » intéresse aussi les filières dites « non spécialistes » et s’intègre également dans les cours de langue de spécialité (voir p.ex. Actes du Congrès de l’APLIUT, 2009). Plus généralement, dans la mesure où l’éducation interculturelle est conçue comme transversale à toutes les matières scolaires (Beacco, 2011), il semble peu pertinent de l’associer aux seuls cours de langue et de réserver un « enseignement à l’interculturel » uniquement aux étudiants inscrits dans les filières dédiées aux langues étrangères.

Depuis quelques dizaines d’années, un champ conceptuel, riche de discussions, s’est développé en Didactique des Langues autour des notions d’interculturel ou de pluriculturel, mais aussi de celles d’identité, d’altérité et de diversité, pour ne citer que les plus significatives (cf. Coste, Moore & Zarate, 1997 ; Byram, 2003 ; Beacco et al., 2010). Certains travaux appellent aussi à s’inscrire dans une approche critique de l’interculturel (Demorgon, 2003 ; Giordano, 2008 ; Blanchet & Coste, 2010), qui met l’accent sur les conflits, tensions et contradictions à l’œuvre dans les relations sociales inter-/alter-culturelles, moteurs de ces relations.

Au niveau de la pédagogie universitaire, on notera le développement de démarches biographiques et réflexives (Molinié 2006), la mise en œuvre de projets interculturels collaboratifs en ligne (Mangenot & Zourou, 2007 ; Springer 2008), ou encore de dispositifs spécifiques pour les étudiants en mobilité internationale (Anquetil, 2006). D’autres projets se développent sous forme de tandems linguistiques, de systèmes de « buddies » ou de tutorat, de rencontres interculturelles (par exemple, engagement commun dans des activités sportives, artistiques ou socioculturelles), d’enquêtes sociologiques et ethnographiques, et ce à travers des partenariats internationaux ou nationaux et/ou en collaboration avec des acteurs associatifs. La mise en place de tels dispositifs implique inévitablement une prise en compte des contraintes locales – institutionnelles et pédagogiques – mais aussi une réflexion sur l’inscription de la formation à l’interculturel dans la pédagogie universitaire globale.

 

Télécharger l'affiche du colloque ici

 

Vous pouvez télécharger le programme sur le site du colloque : https://interculturel.sciencesconf.org/resource/page/id/6

Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 15 octobre, rendez-vous sur le site du colloque : https://interculturel.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Pour toute question, vous pouvez contacter :

  • Aude Bretagnier - aude.bretegnier@univ-lemans.fr
  • Vera Delorme - vera.delorme@univ-lemans.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *