Statut : Doctorant

Contact : jean-bernard.cottier@univ-nantes.fr

Thème(s) de recherche : Parcours biographiques, formation et qualité de vie

Apprendre le soin infirmier par la pratique : en quoi l’instauration d’un espace de parole entre pairs représente-t-elle pour le soignant un lieu de professionnalisation de son rôle relationnel ?

sous la direction de Martine Lani-Bayle et Jean-Yves Robin

La réalité quotidienne du soin confronte l’infirmier à des situations humaines difficiles ; comment celui-ci ne peut-il pas se sentir, à certains moments, impuissant et découragé ?
Les soignants sont peu préparés à cette élaboration qui exige d’exposer ce que l’on fait, de tenter d’en comprendre les détours et de rechercher des connaissances en sciences humaines.

En réponse à la singularité de l’activité infirmière qui s’appuie sur l’accompagnement du malade pour l’aider à trouver le chemin de la santé, un objectif essentiel consiste à mettre en place des réunions entre pairs de type analyse de la pratique. Ce qui est visé, c’est de promouvoir le soignant praticien réflexif au service de lui-même, de l’équipe et au bénéfice du patient.

Il est nécessaire de se tourner vers les acteurs afin de connaître leur point de vue sur cet espace assez rare dans notre milieu professionnel : à quelles conditions et pour quels bénéfices un espace de parole, dans les structures de soin, participerait-il à une aide cognitive et émotionnelle pour des soignants en quête du sens de leur action ? Le retour à une pratique réflexive apparaît susceptible de participer à la professionnalisation des soignants : ces derniers co-construisent, dans un endroit dédié, une identité professionnelle capable de se définir et d’évoluer.

Mots-clés : soin relationnel, espace de parole, équipe, analyse des pratiques, professionnalisation.



0 documents

Informations non renseignées
Informations non renseignées
Informations non renseignées
Informations non renseignées

Après une licence en histoire, je me dirige vers les soins infirmiers, obtenant mon diplôme d'infirmier en 1979. J'ai exercé pendant plus de 32 ans au C.H.U d'Angers avant de prendre ma retraite en 2012. Mon secteur d'activité a été constitué essentiellement par des unités chirurgicales ; j'ai été rapidement interpelé par la singularité de la relation soignant-soigné primordiale face à des situations qualifiées de limites engendrées, à titre d'exemple, par des douleurs difficiles à calmer, des décisions thérapeutiques à discuter, la détresse des patients et de leur entourage. Or, cet accompagnement est  peu étudié par une réflexion individuelle et collective des praticiens eux-mêmes sur leur terrain d'exercice. Il s'agit d'une voie de recherche extrêmement riche qui m'a naturellement poussé à suivre une formation universitaire  développant les différents aspects de cette relation : soins palliatifs, alcoologie, psycho-oncologie, éthique, philosophie du soin pour se prolonger par les sciences de l'éducation qui permettent d'avancer des pistes de compréhension devant cet accompagnement complexe.